Vœux 2018

Le jour de l’an, c’est le moment de l’année qu’on se fait peter la miaille et qu’on se la souhaite bonne et heureuse. Pour bien montrer que je sais ce que c’est de faire, quand il faut y faire, et de dire quand il faut y dire, je viens donc présentement souhaiter aux chenuses colombes et joyeux gones, une année 2018 que soit tramée de bonheur sur une chaine de prospérité.

Pour les ceusses que sont en conjugo, je souhaite que les bourgeoises des canants mamis ne soient ni cancornes ni catolles mais bien attentionnées et qu’elles ne gongonnent pas plus qu’il ne faut. Que vos bourgeois à vous chenuses fenottes ne soient pas trop buvanvins et qu’ils soient tout doucerets ne pensant qu’à vous achâtir  une fois rentrés chez eux et pas à des points d’heures sauf, bien sûr, s’ils sont à la réunion du comité des Amis de Guignol. Et si vous avez des petits mamis, que ceux-ci fassent plus de risettes à leurs parents que de polisses.

Pour les ceusses que sont seuls, qu’ils soient, bien entourés de gens de bon command et plein d’ême comme le sont les adhérents de la société des Amis de Lyon et Guignol.

Et à tout un chacun que les escalins fassent d’abonde dans votre cachemaille, pour vous offrir de menus plaisirs, mais surtout, ne soyez ni rapiamus ni marque-mal en les envoyant dans les paradis fiscaux comme les iles du crocodile...

Quoi que vienne, ménagez-vous, méfiez-vous des vents chanins en ayant la basane gonfle et les fumerons vigorets sans jamais être potringue.
Je vous souhaite enfin de pratiquer, même si vous avez des embiernes, la rigolothérapie et la sourirothérapie que sont les plus chenus traitements contre tous les arias que pourraient se dresser sur votre chemin.

Je fais tout plein de mimis aux colombes et de joyeux cinq sous aux gones.
Guignol

Voeux 2018 guignol